A Propos

L'origine de YADATOV

A l’époque un reportage sur les entreprises de la Silicon Valley, via l’émission Capital présentée par Emmanuel Chain, m’avait ouvert les yeux sur ma voie. C’est ce soir là j’ai su ce que je voulais faire dans ma vie, et j’ai déclaré “un jour j’aurai ma société là bas”.Clairement, la Silicon Valley n’est pas une fin en soi, mais l’important, et c’est ce qui m’a animé pendant toutes ces années d’attente, c’est le fait que je savais ce que je voulais faire.

La Vision

La perte de Soi, de son identité et du bonheur est une maladie de plus en plus répandue.

Et une carence s’insinue dans l’esprit des gens qui ne voient plus les opportunités et ne croient plus en la possibilité d’avoir des lendemains meilleurs.

Je crois également que rien n’est fait par hasard et que chacun a sa place sur la terre, en sorte que tous avons des talents qui ne demandes qu’à être travaillés et être transformés en dons. Je pense que les gens qui les ont identifié et qui les travaillent n’ont pas le temps d’être malheureux et n’ont pas le temps non plus de se tromper de chemin.

C’est la raison pour laquelle j’ai créé cette académie dont l’objectif est d’aider les entrepreneurs à identifier leurs talents et à créer des entreprises sur la base de ces derniers et de leurs aspirations. L’idée là, est de faciliter la vie des entrepreneurs pour qu’ils soient “archi focus” sur le coeur et le corps de leur projet et pas sur les problématiques classiques qui freinent les entrepreneurs (budget, connaissances techniques, temps, partenaires, etc…).

La Transition

J’ai toujours voulu créer mon entreprise et je voulais qu’elle serve vraiment. Pour moi, l’entrepreneuriat c’était le symbole de l’accomplissement professionnel. Avec ça je pouvais changer le monde, mettre en place mes projets sociaux, gagner de l’argent et même ne pas/presque plus payer d’impôts (c’est connu, ces gens là paient peu ou pas d’impôts). Avec l’entrepreneuriat je pouvais enfin dire NON à des projets miteux et aux chefs miteux. Je pouvais être libre tout simplement.

Mais voilà, j’avais pas d’idée, je n’avais pas non plus identifié mes talents, et en plus je m’ennuyais plus qu’un rat mort au bureau. Tout était superficiel et sans intérêt. Au secours !

Plus on avançait, plus j’étais terrorisée à l’idée de faire du camping dans la catégorie Cadre (aka “Esclave Deluxe” à travailler encore plus profond dans la Calle et toujours plus longtemps). Je ne voulais plus de cette vie mais je sentais que je perdais du temps, de l’énergie, de l’argent, et la dépression n’a pas que passer … j’étais sérieusement coincée.

2 soirs, dans la même semaine, alors que je ne m’y attendais pas, je rêve que je quitte mon entreprise la dernière où j’étais salariée). J’ai compris que c’était mon GO… alors 6 mois plus tard, j’ai démissionné.

Pas de chômage, pas de RSA … ah bah non … tu démissionnes … tu te rançonnes.

Parce qu’il y a probablement des gens comme moi qui ont su qu’il ferait quelque chose de leur vie et qui ont attendu plus de 17 ans avant de s’y mettre …

qui suis-je ?

Autodidacte et Initialement Consultante dans l’IT pendant près de 10 ans, je n’ai jamais cessé de me tourner vers mon domaine de prédilection et de coeur à savoir l’entrepreneuriat.

Je prenais de l’expérience et guettais tel un renard le bon moment pour me lancer.

Et il y a quelques années, lorsqu’une intervenante d’un club d’entrepreneurs, investisseur rentière d’un parc immobilier de plus de 1,3 million d’euros, demande une aide gratuite pour faire ses lancements orchestrés (tunnels de ventes avec e-Mailing pour faire vraiment court) je décide que c’est pour moi et je m’y suis formée et employée avec succès. Et depuis j’ai continué de travailler qu’avec des entrepreneurs.